Blog Arolla

Retour sur la soirée de lancement de la communauté Software Craftsmanship Paris

Le 20 Octobre la communauté Software Craftsmanship Paris a organisé sa soirée de lancement, avec un invité spécial en la personne de Sandro Mancuso, fondateur de la communauté Software Craftsmanship à Londres il y a maintenant un an. C’était complet avec plus de 50 participants (la liste d’attente a fonctionné à plein régime) parmi les nombreux inscrits sur le groupe meetup qui d’ailleurs n’arrête pas de croitre (126 inscrits au dernier décompte).

Vous avez répondu présents

Vous êtes venus découvrir le Software Craftsmanship, et ce soir-là vous étiez majoritairement développeur Java, avec souvent du Javascript dedans, le tout depuis plus de 10 ans pour la moitié d’entre vous, et vous vous reconnaissiez avant tout dans le travail en binôme. A noter que trois participants avaient plus de 20 ans d’expérience, et que  deux ou trois se reconnaissaient dans l’image d’un astronaute (je dis qu’ils bluffent, mais il dit qu’il voit pas le rapport).


Une soirée de lancement n’est pas une soirée comme les autres, c’est une introduction, et en guise d’introduction, Sandro nous a offert une superbe présentation sur le sujet, avec un message très clair et très fort sur l’importance du professionnalisme dans notre métier de développeur.

Tout au long de sa présentation j’ai remarqué les rires, acquiescements et les “c’est tellement vrai !” à voix basse dans la salle, qui attestent des talents d’orateur de Sandro pour une part, et de la pertinence des enjeux du Software Craftsmanship d’autre part.

Would Toyota work if they produced shit cars?

C’est important de le rappeler, le Software Craftsmanship et son manifeste ne remet pas en cause l’agile, mais s’inscrit au contraire dans sa continuité, comme un complément: “Software Craftsmanship practices are all about instant feedback on code and design: software done right”, en plus de développer “the right software”.

La gueule de bois agile

On a parfois le sentiment d’un “Agile hangover” (gueule de bois), avec certains projets qui délivrent un code de mauvaise qualité à grande vitesse et avec une grande efficacité ! Et pourtant: “No one wants to do crap code!”

Sandro n’est pas avare en conseils concrets, peut-être issus des échanges lors des  tables-rondes qui se déroulent à Londres depuis un an:

As soon as you make testing and refactoring as tasks or stories, you make it optional

A tous ceux qui pensent que les tests et le refactoring prennent du temps et s’opposent au planning, on peut rappeler que “[When you’re in a] debug mess, it was not planned!”.

Dans la ligne de Bob Martin dans son livre Clean Coder, il revient à chacun d’entre nous de ne pas accepter n’importe quoi, comme le rappelle Sandro: “[I once worked in a place where I was told: ] No, shut up and code, you’re just a developer here! [of course I left]”

As a professional you must be able to justify your action

Un lapsus qui a fait beaucoup rire: “Own your company/career”. Deux tiers des participants répondent travailler sur du code legacy: apprenons à le voir comme des challenges particuliers ! “Make it personal”: “faites-en un enjeu personnel ! C’est comme résoudre un puzzle, on commence par les coins, puis on cherche des motifs, etc.”

Quitte à pratiquer, il faut pratiquer à la perfection, et les code retreats sont faits pour ça. Sur un code retreat, “ne pensez pas à finir votre exercice, vous n’êtes pas là pour ça”. C’est pourtant difficile de prendre du recul et d’arrêter de rechercher la performance.

On ne devient pas maître, on cherche seulement à le devenir, et on espère que personne ne va nous vendre des certifications ! Nous avons un rôle et des responsabilités: “Our responsibility is to mentor juniors”.

Ne vendez pas les techniques, vendez la valeur

“Software Craftsmanship is not a church”. Aujourd’hui le Software Craftsmanship exige la pratique du TDD, mais c’est uniquement parce que c’est la meilleure pratique que l’on connaisse. Et vis-à-vis des collègues et managers, ne vendez pas les techniques mais parlez plutôt de la valeur qu’elles apportent pour le projet et l’entreprise.

Sandro nous parle d’une expérience inédite de “Craftsman Swap” entre deux sociétés concurrentes qui s’échangent un développeur le temps d’une semaine. Si vous ne pouvez le faire à l’échelle de la société, c’est toujours possible de le faire entre équipes dans votre entreprise.

Sandro travaille chez UBS à Londres, une énorme banque d’investissement qui croyait déjà à l’Agile avant de le recruter. Il bénéficie d’un poste attractif, homologue à un Directeur, pour développer en pair-programming avec les développeurs d’UBS afin de favoriser le TDD en interne. Et surtout: “I’m a Brazilian, if you tie my hands I can’t speak!”

Merci Sandro, et comme on a pu lire sur Twitter suite à cette soirée: “Longue vie au Paris Software Craftsmanship Community” !

Les videos de la soirée sont en ligne sur le site dailymotion:

Paris Software Craftsmanship – teaser par ArollaIT

Retrouvez les photos de la soirée sur meetup ainsi que d’autres compte-rendus de cette soirée sur les blogs de Valtech et de Xebia.

 
 
 

Quelques liens pour en savoir plus:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Software_craftsmanship

http://manifesto.softwarecraftsmanship.org/

http://www.meetup.com/fr/paris-software-craftsmanship/

http://www.amazon.com/Software-Craftsmanship-The-New-Imperative/dp/0201733862

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *