Blog Arolla

Le dilemme entre code expressif et code générique FP

Utiliser au mieux la plomberie fournie par le langage de programmation ou exprimer au mieux le domaine métier ? C’est le dilemme habituel dans un langage de programmation tel que Java.

Voyons cela de plus près au travers de quelques exemples, et comment nous parvenons à résoudre ce problème avec plus ou moins de bonheur selon le langage de programmation choisi.

Type standard et type métier

Prenons l’exemple du prix et de la quantité en e-commerce. Nous souhaitons créer un type Price autour d’un double et un type Quantity autour d’un int afin d’exprimer au mieux le métier avec des types. Cela amène aussi la protection du typage pour éviter de passer un int à la place d’un autre par erreur.

En Java, il faut donc créer une classe pour chaque :


    public final class Price {
         private final double value;
     
         public Price(double value) { this.value = value; }
     
         ...
     }

    public final class Quantity {
         private final int value;
     
         public Quantity(int value) { this.value = value; }
     
         ...
     }

Maintenant nous voulons multiplier le prix par la quantité pour calculer le prix total, qui doit être aussi de type Price:


    public final class Price {
        ...
        public Price multiply(double multiplicand) {
          return new Price(this.value * multiplicand);
        }
     }
     
     public final class Quantity {
        ...
        public double asDouble() { return value; }
     }

Nous aimerions pouvoir passer directement une instance de Quantity en paramètre, mais cela nous oblige soit à sortir la valeur primitive :


    myPrice.multiply(myQuantity.asDouble());

soit à modifier la méthode multiply() pour accepter le type Quantity, ce qui la rend désormais spécifique à ce type, et donc couplée par la même occasion :


     Price multiply(Quantity quantity) {
        return new Price(this.value * quantity.asDouble());
     }

Cela dit, d’un point vue métier, nous pouvons admettre qu’il est possible de multiplier un prix par une quantité.

En Haskell, la notion de synonyme ou alias permet de donner un nom plus métier au type :


     type Price = Double
     type Quantity = Int

Nous avons un type sur-mesure, mais que nous pouvons aussi utiliser comme un entier quand nous le souhaitons, car il reste aussi un entier :


    multiply :: Price -> Quantity -> Price
    multiply p q = p * (asDouble q)
         where asDouble = fromIntegral

Notez qu’on peut appeler la fonction multiply avec n’importe quel entier.


    multiply 4.5 5 `shouldBe` 22.5 
    
    multiply 4.5 (6 :: Int) `shouldBe` 27.0

Si nous souhaitons faire des types wrapper comme en Java, nous utilisons des newtype :


    newtype Price = Price Double
        deriving (Eq, Show)

    newtype Quantity = Quantity Int
        deriving (Show)  

La fonction multiply s’appuie alors sur des “déconstructeurs” pour extraire les valeurs du prix et de la quantité :


    multiply :: Price -> Quantity -> Price
    multiply (Price p) (Quantity q) = Price (p * (asDouble q))
            where asDouble = fromIntegral

Une fois le calcul réalisé, nous construisons le prix avec le résultat. Pour appeler la fonction, il faut créer un prix et une quantité :


    (Price 4.5) `multiply` (Quantity 5) `shouldBe` Price 22.5 

Là, nous sommes donc vraiment “type-safe”. De plus, comme la fonction multiply a deux arguments, nous pouvons l’infixer. Il plus naturel de dire “le prix multiplié par la quantité”.

Une autre façon de contourner le problème consistant à être à la fois un type standard et un type sur-mesure métier est la conversion implicite (implicit cast en C++, C# ou Scala). Java supporte une construction similaire, le “unboxing”, mais seulement pour les types primitifs.

Monoid standard et monoid métier

Maintenant, nous souhaitons additionner des prix. Nous définissons donc une méthode add() à la class Price :


    Price add(Price other) {
      return other != null ? new Price(value + other.value) : this;
    } 

Et par confort, j’ajoute le prix zéro, bien utile dans de nombreux cas :


    public static final Price ZERO = new Price(0.);

Nous avons donc de fait un type qui obéit à la structure et aux propriétés d’un Monoid. Pas d’inquiétude! Si vous ne savez pas ce que c’est, ce n’est pas indispensable pour cet article.

Imaginons que nous avons une interface Monoid disponible que nous utilisons déjà un peu partout :


    public interface Monoid<M extends Monoid<M>> {

        M append(M other);

        M empty();

        default M concat(M... ms) {
            return Stream.of(ms).reduce(empty(), Monoid::append);
        }
    }

Nous souhaitons alors que Price implémente l’interface Monoid :


    class Price implements Monoid<Price> {
       ...
       public Price add(Price otherPrice) {
           return append(otherPrice);
       }
       
        public Price total(Price... prices) {
           return concat(prices);
        }
       
        @Override
        public Price append(Price other) {
           return other != null ? new Price(value + other.value) : this;
        }
       
        @Override
        public Price empty() {
            return ZERO;
        }
    }

Cela nous oblige à définir les méthodes obligatoires génériques append() et empty(), qui renvoient vers les membres expressifs du métier, la méthode add() et le champ ZERO. Cela va encombrer la classe.

En F# ou Haskell, il est possible là aussi de définir des alias de fonctions. Cela permet d’avoir une fonction nommée selon le domaine métier, tout en étant en même temps l’implémentation d’une fonction définie dans une “interface” sous un autre nom :


    import Data.Monoid
    
    instance Monoid Price where
        mempty = Price 0
        mappend (Price p1) (Price p2) = Price (p1 + p2)
    
    add :: Price -> Price -> Price
    add = mappend
    
    total :: [Price] -> Price
    total = mconcat

    (Price 10.0) `mappend` (Price 20.0) `shouldBe` Price 30.0

    (Price 10.0) `add` (Price 20.0) `shouldBe` Price 30.0

    mconcat [Price 12.0, Price 13.0, Price 14.0] `shouldBe` Price 39.0

    total [Price 12.0, Price 13.0, Price 14.0] `shouldBe` Price 39.0


Predicate standard et predicate métier

Un dernier exemple pour la route, cette fois-ci avec les Predicate Java 8 et une astuce !

Nous avons de nombreuses règles de dégressivité sur les quantités, que nous avons modélisées sous forme de critères :


    public interface QuantityCriteria {
       boolean isSatisfied(Quantity q);
    } 

Le nommage correspond au langage du métier dans notre domaine. Cependant, il est évident que notre critère n’est autre qu’un prédicat, et pour pouvoir utiliser toute la plomberie fournie par le langage de programmation autour des prédicats, il faudrait implémenter l’interface Predicate standard :


    public interface QuantityCriteria extends Predicate<Quantity> {
       boolean isSatisfied(Quantity q);
    } 

Ce qui oblige alors à définir en plus la méthode obligatoire test(), un petit encombrement :


    public interface QuantityCriteria extends Predicate<Quantity> {
       boolean isSatisfied(Quantity q);
       boolean test(Quantity q);
    }

En outre, il faut que la méthode test() renvoie à la méthode isSatisfied(). Pour éviter de faire celà dans chaque implémentation concrète, nous pouvons utiliser une méthode default dans notre interface:


    public interface QuantityCriteria extends Predicate<Quantity> {
        boolean isSatisfied(Quantity q);
        default boolean test(Quantity q) { return isSatisfied(q); }
    }

Et voilà ! Nous pouvons donc désormais passer n’importe quelle instance de QuantityCriteria à toute fonction qui attend un Predicate en paramètre. C’est cool!

Le QuantityCriteria peut également être implémenté par une lambda, notamment dans la classe Quantity pour accéder à sa valeur sans casser l’encapsulation :


    public final class Quantity {
        ...
        public static QuantityCriteria criteria(IntPredicate predicate) {
          return quantity -> predicate.test(quantity.value);
        }
    }

Imaginons maintenant que nous voulions composer plusieurs QuantityCriteria avec un AND logique :


    QuantityCriteria over10 = Quantity.criteria(v -> v > 10);
    QuantityCriteria below100 = Quantity.criteria(v -> v < 100);
    Predicate between10And100 = over10.and(below100);

Notez que la méthode and intégrée retourne un simple Predicate, et non une QuantityCriteria. Dommage ! Pourtant, nous souhaiterions utiliser les critères composés, de type Predicate<Quantity>, dans la méthode isEligible qui attend un QuantityCriteria, idéalement :


    boolean eligible = myPurchaseHistory.isEligible(between10And100);

Et bien, c’est impossible ! En contournement, nous pouvons enrichir QuantityCriteria d’une méthode and d’adaptation :


    public interface QuantityCriteria extends Predicate<Quantity> {
        boolean isSatisfied(Quantity q);
    
        default boolean test(Quantity q) { return isSatisfied(q); }
    
        default QuantityCriteria and(QuantityCriteria other) {
            return quantity -> Predicate.super.and(other).test(quantity);
        }
    }

Le problème avec cette approche est qu’il faudra ensuite redéfinir toutes les autres méthodes autour des Predicate, par exemple : or, all, any, not.

Mais tout n’est pas perdu ! Par exemple, nous pouvons utiliser une méthode référence (équivalent à une lambda) :


    myHistoryPurchase.isEligible(between10And100::test);

Ou encore enrichir QuantityCriteria avec un adapter :


    public interface QuantityCriteria extends Predicate<Quantity> {
        boolean isSatisfied(Quantity q);

        default boolean test(Quantity q) {
            return isSatisfied(q);
        }

        static QuantityCriteria from(Predicate<Quantity> predicate) {
            return predicate::test;
        }
    }

Ce qui permet ensuite de convertir à la volée un Predicate générique dans son équivalent typé sur-mesure métier :


    myHistoryPurchase.isEligible(QuantityCriteria.from(between10And100));

Notez en bonus que QuantityCriteria n’a qu’une seule méthode abstraite, et est donc une FunctionalInterface. Il est donc possible de passer une instance de QuantityCriteria partout où une lambda de même signature est attendue :


    myStream.filter(myQuantityCritera);

Dans les cercles d’amateurs de programmation fonctionnelle, il existe bien souvent un biais très fort pour le générique, au détriment parfois de l’expressivité du langage et des concepts métiers. Ce n’est pas une fatalité.

Et si ça devenait un jeu, d’exprimer le métier le plus littéralement possible, dans ses termes propres, tout en gardant tous les avantages propres aux langages et à leurs écosystèmes disponibles ?

Cet article a été écrit en collaboration avec Cyrille Martraire.

Si vous souhaitez retrouver les sources de cet article, elles sont disponibles sur mon Github.

1 comment for “Le dilemme entre code expressif et code générique FP

  1. 8 juin 2018 at 14 h 48 min

    La programmation est toujours compliqué. Merci pour ton aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *